chapitre 3/4

Chapitre ¾ : Première guerre, premier voyage


Le lendemain, les élèves retournent en classe, normalement. Pendant que les plus jeunes travaillent soit sur tablette, soit sur leur cahier, le maître confie une mission de recherche aux quatre élèves de CM2.

-  « Vous allez essayer de trouver des informations, sur Internet, sur cette statuette que nous avons découverte hier. Elle est encore un peu sale, j'ai donc apporté une brosse métallique pour finir de la nettoyer. »
Les grands élèves se mettent au travail et nettoient parfaitement cette sculpture. Une inscription apparaît alors : M.Boyau.
Photo transmise par M.Laborde.

Après quelques clics, ils trouvent la page Wikipédia correspondante : c'est un soldat de la première guerre mondiale, il a été un aviateur et un grand rugbyman. Sa statue se trouve devant le stade de Dax.


Une recherche d'images leur permet de trouver une photo de cette statue : Maurice Boyau, de pied, en tenue d'aviateur tient dans sa main une petite statue où il est habillé en tenue de rugby. Mais il est écrit que celle-ci a été dérobé depuis plusieurs années et qu'elle n'a pas été remplacée.





- «   Maître, crois-tu que ce soit la statue disparue ? dit Kylyann.
  • Il y a peu de chance, mais on peut envoyer une photo à la mairie de Dax pour avoir confirmation. »
C'est à ce moment-là que Joëlle, la DDEN de notre école, vient nous rendre visite. On lui parle alors de notre découverte.
- "Ce nom me dit quelque chose, dit elle, je vais chercher dans mes documents."


En fin de journée, elle revient avec un livre d'Emile Cottinet, dans lequel il y a un poème sur M.Boyau.


Ce document est donc la preuve qu'il est venu à St Félix de Sorgues, chez ses grands-parents.


La première équipe d'Association du Club Sportif de Brétigny dont Maurice était le capitaine, lors du premier match de son histoire (Maurice est assis avec un bonnet sur la tête) à l'époque de sa venue à vélo avec un camarade chez ses grand-parents à Saint-Félix.  
(Merci M.Laborde)


C'est alors que Yanis , qui tenait la statue dans ses mains, remarque que le ballon peut pivoter sur lui-même. Au moment où il fait tourner cette partie, une lumière éblouissante envahit la classe et lorsque les enfants rouvrent les yeux, ils sont sur un monticule de terre d'où ils aperçoivent, au loin, des tranchées. Des obus éclatent, il y a beaucoup de bruit, des mitrailleuses, des grenades... De la fumée s'élève, lentement, se confondant avec les nuages.

Timy croise un soldat et l'aborde :
-" Bonjour monsieur
-Bonjour petit, que fais-tu ici?
- Où sommes-nous, on dirait un champ de bataille, c'est une reconstitution?
- Malheureusement non, c'est pour de vrai.
- Vous voulez dire qu'on est en ......
- avril 1915, le 12

Tous les élèves se regardent. Ils analysent la situation.
« C'est cette statue, dit Rudy, elle nous a fait voyager dans le temps ! »

-  Que faites-vous ici ?
- On va faire une partie de rugby. Ici à Serval, on est à l'abri, et après avoir passé quelques jours dans les tranchées, dans l'horreur des tranchées, les chefs nous accordent quelques jours de repos. Pour s'occuper et pour garder la forme, on joue au rugby. Au fait, je me présente, je suis Henri Sainte Marie, je suis originaire de Bordeaux.
- Vous connaissez peut-être Maurice Boyau !!
- Maurice, bien sûr que je le connais ce grand gaillard ! Il va nous manquer aujourd'hui pour le match car c'est un très bon joueur. Mais il n'est plus au 144 RI, il est maintenant au 8° escadron du train, dans la Meuse, depuis octobre dernier... Mais connaissant le bonhomme, il va rapidement changer  car il rêve de voler !
- Peut-on vous poser une question ? dit Elliot
-Oui, bien sûr !
- Comment a commencé cette guerre ?
- Elle a débuté par un attentat à l'autre bout de l'Europe, contre l'héritier d'Autriche -Hongrie. Il est mort le 28 juin 1914. C'est un serbe qui l'a abattu. Et le 28 juillet de la même année, c'est le début de l'escalade. L'Autriche- Hongrie déclare la guerre à la Serbie, mais vu qu'il existe des alliances entre les pays européens, ce n'est pas seulement ces deux pays qui vont se battre, mais tout le continent. La France, la Russie et le Royaume Uni sont les alliés de la Serbie et en face la triple alliance : Allemagne, Italie et Autriche Hongrie.
- D'accord, je comprends mieux maintenant.
- Attends... Attends, je n'ai pas fini ! Le 1er août 1914, il y a eu la mobilisation générale de tous les hommes  en France, sauf quelques cas exceptionnels : les vieux, les enfants et les malades. En partant, nous étions très joyeux, car on pensait la gagner en quelques jours, quelques semaines. On pensait revenir pour les récoltes, mais comme tu vois, on est encore là  ! 
-  Vous n'avancez plus ?
-  Tu sais, pendant quelques mois, c'était une guerre de mouvement, on avançait, on reculait, et à chaque fois, il y avait des centaines de morts. Puis, les lignes se sont fixées, et pour se cacher, se protéger, on a creusé des tranchées.
En plus, avec nos uniformes bleus et rouges, on n'était pas discrets ! Heureusement, maintenant, nos uniformes sont moins voyants.

Des explosions se font entendre au loin... Puis un coup de sifflet.

-Le match va commencer, je dois vous laisser. On doit gagner, car comme ça, on pourra choisir la meilleure place dans la tranchée... même si, toutes les places sont très proches de l'enfer.

Il s'éloigne en courant. 


Ewan, qui tient la statuette fait pivoter lentement le ballon.




Documents utilisés
......................................................................................................................................




( Merci à Frédéric pour ces photos.)  (Trophée remis au capitaine du Sporting Club Millavois 1920-21)

Vous en avez un exemple dans la Lettre du Chemin des Dames déjà transmise (pages 8 et 9) : 
https://www.chemindesdames.fr/sites [...] mes-31.pdf 

le récit est celui d'un soldat du 144e RI, le régiment où BOYAU a fait son service. Il n'est lui-même bien sûr pas là, mais les élèves pourraient discuter avec d'autres joueurs, qui indiqueraient alors qu'il a changé d'arme (d'abord le train puis l'aviation, dates à vérifier). 
Plusieurs anciens équipiers de BOYAU au SBUC étaient au 144e RI durant la guerre, par exemple le 3e ligne SAINTE-MARIE : 
http://pages14-18.mesdiscussions.n [...] tm#t124599 

Commentaires

  1. Travail remarquable avec beaucoup d'informations sur le début de la guerre.
    Je trouve cependant qu'il y a une petite incohérence. Ce sont les CM2 qui nettoient la statuette et c'est Kylyann qui demande au maître si c'est la statuette disparue.
    A mon avis, il manque aussi quelques précisions sous forme peut-être d'un complément de nom sur E. Cottinet, inconnu pour la plupart de vos lecteurs.

    RépondreSupprimer
  2. berengere et didier10 janvier 2018 à 01:39

    mise en avant du lien entre Maurice Boyau et le village
    belles archives
    Superbe description des faits historique, c'est très précis
    peut etre manque t il quelques éléments sur le "vécu" des personnages, coté élèves comme soldat : surprise, frayeur, angoisse, panique, excitation....ils sont en plein conflit, les tirs retentissent, ils arrivent du futur ....

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés